Migraine : la réflexologie pour soulager

Tous les maux de têtes ne sont pas des migraines et une migraine n’est pas simplement un gros mal de tête.


C’est une maladie qui affecte environ 12% de la population française, majoritairement des femmes, et dont le diagnostic repose sur des critères cliniques uniquement :

  • La douleur survient par crise, s’installant de manière progressive (et non pas brutale).

  • Elle dure de 4 heures à 3 jours (en l’absence de traitement).

  • Elle est souvent pulsatile comme « un cœur qui bat dans la tête », « des coups de marteau » ou parfois « une sensation de serrement, d’écrasement ».

  • L’intensité de la douleur est augmentée par un effort physique (marcher, monter les escaliers…).

  • La douleur est le plus souvent située d’un seul côté de la tête, droite ou gauche.

  • Elle est modérée à sévère.

  • Elle est associée à des nausées, vomissements ou gêne à la lumière ou au bruit.


La migraine peut être associée à des symptômes neurologiques transitoires (troubles de la vue, de la sensibilité, de la parole…), formant ce que l’on appelle une aura. Celle-ci survient dans 10 à 20% des crises de migraine.


Certaines personnes ne présentent que des crises avec aura, d’autres alternent crises avec ou sans aura.


Les facteurs déclenchants


La migraine est complexe et ses causes sont nombreuses. On peut néanmoins identifier certains facteurs déclenchants qui sont les plus fréquents :


  • Stimulations sensorielles : forte chaleur, lumière intense, bruit important, changement de temps, odeurs fortes…

  • Certains aliments : chocolat, plats gras ou en sauce, boissons alcoolisée, café…

  • Facteurs psychologiques : stress, anxiété, contrariété, conflit au travail, conflit familial…

  • Mode de vie : surmenage, week-end, changement de rythme, excès ou manque de sommeil…

  • Chez la femme, la migraine peut aussi être lié au cycle menstruel.


Les conséquences sur la vie quotidienne


Les symptômes de la migraine rendent pénible toute activité et obligent souvent les personnes qui en souffrent à s’allonger dans le noir.


En outre, en dehors des crises, un migraineux va essayer d’éviter les situations déclenchantes. Ces conduites d’évitements peuvent altérer sa qualité de vie.


La migraine a également des conséquences socio-économiques non négligeables : arrêt de travail, diminution de la productivité professionnelle, etc.


La réflexologie pour soulager


La personne migraineuse présente une réactivité au stress accrue et le stress est souvent identifié comme facteur déclenchant.


La réflexologie, en vous accompagnant dans la gestion du stress et en induisant un état de relaxation, va permettre une meilleure maîtrise de soi et une diminution des tensions musculaires aggravées par la douleur.


La séance débutera par un court entretien au cours duquel nous ferons le point sur le type de migraine dont vous souffrez et les symptômes associés afin de vous proposer une séance parfaitement adaptée.


La pratique de la réflexologie est recommandée entre deux crises, et non pendant la crise migraineuse.


La réflexologie ne remplace pas un traitement médical.


26 vues0 commentaire