Après la séance : la crise d’élimination

Si vos pieds sont déjà passés entre mes mains, vous en avez entendu parler et peut-être même l’avez-vous expérimentée : la crise d’élimination.


Alors qu’à l’issue de la séance de réflexologie, vous vous sentiez plutôt bien, voilà que 24 à 48 heures plus tard, rien ne va plus ! Vous n’arrivez pas à fermer l’œil, votre articulation douloureuse vous fait souffrir le martyre, vous avez le moral dans les chaussettes, …


Et, bien que j’aie abordé le sujet lors de la séance, illustré par moult exemples, que je vous ai même invité à me contacter en cas de doute, c’est parfois la panique, jusqu’à annuler le rendez-vous suivant.


Pourtant, aussi éprouvantes qu’elles puissent être, les crises d’élimination sont bon signe.


Pourquoi la crise d’élimination ?


En effet, ces crises d’élimination survenant après une séance de réflexologie sont le signe que l’organisme travaille, qu’il s’ajuste ou qu’il évacue ce qui a besoin de l’être.


Attention : elles ne sont pas non plus systématiques. Donc, pas d’inquiétude si vous ne ressentez rien, cela ne signifie pas pour autant que la séance n’aura pas été bénéfique.


Quelles en sont les manifestations ?


Lorsqu’elles surviennent, les crises d’élimination se manifestent de façon très variable d’une personne à l’autre.


Le plus souvent, elles se traduisent par une accentuation des symptômes pendant quelques heures, voire quelques jours, avant une amélioration, puis une disparition de ces symptômes. Je prends souvent l’exemple des douleurs articulaires : si l’on a travaillé lors d’une séance à soulager une douleur articulaire, son intensité peut augmenter de façon singulière dans les 24 heures qui suivent la séance avant de véritablement régresser, voire disparaître.


Les réactions peuvent ainsi être d’ordre physique:

  • augmentation des douleurs articulaires ou musculaires,

  • grande fatigue,

  • besoins plus fréquents d’uriner ou d’aller à la selle,

  • brève poussée de fièvre,

  • etc.

Elles peuvent également être d'ordre émotionnel:

  • coup de blues,

  • irritabilité,

  • etc.


Que faire ?


La crise d’élimination n’est que transitoire, alors soyez patients et restez à l’écoute de votre corps.


Buvez beaucoup d’eau pour favoriser le processus d’élimination. Reposez-vous si vous en ressentez le besoin.


Et surtout, n’annulez pas votre prochaine séance : le travail de rééquilibrage a commencé, ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin.


Crédit photo: Roman Lacheev

17 vues0 commentaire
  • Facebook
  • LinkedIn

© 2020 par Isabelle Pionin - Référencement ASI